Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2013

Réunion publique sur le futur tram du Plessis-Robinson

Le projet de Tramway Antony-Clamart, qui traversera le Plessis-Robinson , entre dans sa phase de concertation. Une réunion publique aura lieu mardi 12 février à 19h30 à l’espace Galilée (14, avenue Galilée). Nous vous y attendons nombreux pour découvrir cet ambitieux projet pour lequel mon équipe et moi-même nous battons depuis de nombreuses années.

05/01/2013

Tribune de la majorité : Janvier 2013

Attention, la gauche vous ment

 

 

Le feuilleton du lycée du Plessis-Robinson alimente depuis plusieurs années la vie politique robinsonnnaise. Avec, d’un côté, la Municipalité qui s’est engagée depuis de nombreuses années en faveur de la reconstruction du lycée Montesquieu et, de l’autre, la majorité de gauche au Conseil régional d’Ile-de-France, lequel a la responsabilité de la construction et l’entretien des lycées.

 

 

Une histoire de terrains

 

M.Marquaille, élu socialiste du Conseil régional, ment en disant que le projet de reconstruction de lycée n’a pas abouti dans un premier temps parce que la Mairie a été incapable de proposer un terrain.

C’est faux et il suffit de relire le magazine Robinson de 2005 et son article sur le lycée pour s’en convaincre : dès cette époque, le projet de reconstruction sur le site Henri-Wallon avait été abandonné au profit du projet dit de la Côte Sainte-Catherine, sur le terrain appartenant à la CAF. La Ville a même acheté ce terrain pour un montant élevé en 2011 à la CAF parce qu’elle s’était engagée auprès de la Région à mettre ce terrain à disposition. Mieux encore, c’est le Conseil régional qui a ensuite demandé à la Ville un autre terrain, considérant que celui proposé était trop petit.

M.Marquaille ment quand il veut faire croire que le projet du Plessis-Robinson n’est pas inscrit au PPI (Plan pluriannuel d’investissement) 2012-2017 parce que la Ville a retiré son engagement sur le terrain de la Côte Sainte-Catherine et n’a pas d’autre solution à proposer. Le Conseil régional a eu plusieurs autres propositions de terrain de la part de la Ville, Madame Zoughebi, vice-présidente du Conseil régional d'Ile-de-France en charge des lycées et des politiques éducatives, l’atteste par un courrier.

 

Vote contre Le Plessis-Robinson

 

Ce que M.Marquaille ne dit pas, c’est que Le Plessis-Robinson n’était inscrit ni dans le PPI 2001-2006, ni dans le 2007-2011. La réalité, c’est que le PPI 2012-2017 prévoit 500 places de lycée à créer dans le sud des Hauts-de-Seine, secteur dans lequel la demande est reconnue comme la plus élevée. Et qu’alors que le groupe UMP du Conseil régional a déposé un amendement proposant de « flécher » Le Plessis-Robinson comme priorité d’action dans ce secteur géographique, le conseiller régional socialiste, comme ses camarades de la majorité de gauche à la Région, a voté contre.

Moralité : si l’on veut que le projet de reconstruction du lycée du Plessis-Robinson soit inscrit dans le PPI 2017-2022, une solution s’impose : changer de majorité au Conseil régional en mars 2015, date probable des futures élections régionales.

 

Une incapacité notoire

 

Malgré un véritable racket fiscal sur les contribuables franciliens, la majorité PS-Verts du conseil régional d’Ile-de-France a fait la preuve de son incapacité à investir dans l’avenir de notre région, que ce soit pour améliorer le réseau de transports en commun ou pour rénover le parc de lycées dont elle est supposée s’occuper. Au rythme de reconstruction actuel, l’ensemble du patrimoine ne peut être rénové en moins d’un siècle, alors qu’il faut moins de 50 ans au Conseil général des Hauts-de-Seine pour reconstruite la totalité de ses collèges. Cherchez l’erreur…

 

Nous vous souhaitons à toutes et à tous de bonnes fêtes de fin d’année et une très belle année 2013.