Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2013

Tribune de la majorité : Mars 2013

De la bonne dette à la bonne gestion

Depuis plusieurs mois, des informations financières circulent sur le net, de sources diverses, reprises et souvent récupérées par les politiques dans un objectif électoral. Le Plessis-Robinson n’a pas échappé à cette mode, s’agissant du montant de la dette de la ville, présentées comme de plus en plus élevée. Il est donc utile de revenir aux faits pour sortir des caricatures outrancières et rendre compte de la réalité.

OUI, la dette de la ville a augmenté entre 2011 et 2012, passant de 28 à 37,5 millions d’euros. Mais c’est un endettement maîtrisé, qui repose pour l’essentiel sur des acquisitions foncières de la Commune destinées à préparer l’avenir. Pour réaliser nos projets, notamment dans le quartier ouest autour de la ZAC Noveos, nous devons investir et pour cela emprunter à des taux qui sont particulièrement intéressants en ce moment. Ces acquisitions, lors de leur future cession, permettront non seulement de désendetter, mais encore, avec les éventuelles plus-values, de contribuer à un désendettement supplémentaire de la Ville ou à investir en faveur des Robinsonnais.

NON, le montant de la dette ne met pas en péril le contribuable robinsonnais. Le montant de l’annuité de la dette (remboursement des intérêts + remboursement du capital des emprunts) a certes augmenté, mais il reste limité à  120 €/habitant pour contre une moyenne de 140 €/habitant pour les communes de la même strate. Au-delà du fait que la sous-évaluation par l’INSEE du chiffre réel de Robinsonnais pénalise ce type de ratio par habitant, celui-ci doit être analysé au regard du potentiel des ressources fiscales par habitant du Plessis-Robinson, dû notamment à la présence importante d’entreprises sur notre territoire, supérieur à la moyenne de la strate de près de 70%. Sans oublier que, pour la taxe d’habitation, notre taux d’imposition est inférieur de 30% à la moyenne nationale. Ainsi, l’endettement de la Commune reste relativement limité par rapport aux autres communes.

 

OUI, la Ville conserve une capacité de remboursement intacte. La capacité de désendettement, qui se calcule en années, était de 4,7 en 2008. Elle était descendue à 2,9 en 2011 pour remonter à 4,6 en 2012. On considère généralement que le seuil d’alerte se situe au-delà de la durée moyenne résiduelle de la dette (12 ans),  nous en sommes aujourd’hui très loin. Nous avions d’ailleurs déjà connu cette situation il y a cinq ans sans que cela ait suscité d’inquiétude.

NON, le PPP-Voirie ne contribue pas à alourdir la dette de la Ville. Et ce pour deux raisons :

1-    Le loyer annuel du PPP-Voirie est moins élevée que le budget qui était auparavant consacré à remettre en état, chaque année, trois ou quatre voies communales et à entretenir le patrimoine voirie et éclairage.

2-    Les économies que nous réalisons avec ce PPP-Voirie, à la fois sur le coût des travaux au mètre (du fait du volume des travaux confiés, de la mutualisation des moyens et du choix d’un interlocuteur unique qui conçoit, réalise et entretient l’ouvrage) et sur les taux financiers qui sont exceptionnellement intéressants, en font une opération à la fois durable et de bonne gestion.

Derrière le mot « dette » peuvent se cacher des réalités très diverses. Nos prédécesseurs devaient emprunter pour couvrir le dérapage de leurs frais de fonctionnement, un effet de ciseaux pervers qui conduit très vite à la faillite. D’autres empruntent parce qu’ils manquent de fonds propres pour réaliser les investissements dont ils ont besoin. Nous, au Plessis-Robinson, nous empruntons pour financer à des taux très bas, les investissements qui nous permettront, demain, le développement de notre ville.  C’est de la bonne dette, caractéristique de cette bonne gestion à laquelle nous sommes attachés.

Commentaires

Bonjour
Je sais pas si M.PEMEZEC est très doué en gestion ou s'il est bien entouré (ou les 2) mais en tout cas Le Plessis Robinson est une très belle ville, bien gérée surtout par ces temps de crise. Félications à M. le Maire et à son équipe

Mme Françoise PHILIPPE

Écrit par : PHILIPPE | 03/04/2013

Les commentaires sont fermés.